La course camarguaise est le récit vivant de pures traditions et d'une passion ancrée dans le cœur du peuple camarguais à tel point qu'elle en est devenue le symbole de toute son identité. La fougue, la force et l'armure de ce qui n'était jadis qu'un gibier firent du taureau au cours de siècles de rites immuables, un animal mythique incarnant la vie généreuse et puissante.

C'est avec cette même fougue que l'homme s'oppose à l'incarnation de cette force primitive qui dresse cornes et armures vers le ciel affirmant ainsi sa hardiesse. C'est à lui, taureau de Camargue, que les jeunes gens de Provence viennent offrir leur vigueur, leur courage et leur dévotion.

La course camarguaise – plus familièrement appelée « course à la cocarde » - vit le jour en terre d'Arles les jours de fête. Les habitants édifiaient une enceinte de charrettes et de demi-muids ou étaient lâchés vaches et taureaux. Toute la population fervente du risque, se réjouissait de voir ce spectacle qui allait préfigurer l'actuelle course.

C'est l'espoir de tout manadier de sortir de son élevage un taureau qui aura témoigné de la plus grande valeur combative. Son nom viendra s'inscrire au cœur des aficionados, ces amoureux des gestes taurins.