Le paysage camarguais est marqué par la double influence de l’eau et du sel ; l’eau d’irrigation adoucit le nord du delta alors que l’eau de mer introduite pour la production de sel augmente encore la salinité du sol au sud. Plusieurs milieux sont représentés : les dunes, les étangs et marais, les sansouires, les pelouses, les prairies, la ripisylve.

Les milieux humides représentant 84% des milieux naturels, la végétation aquatique est très riche en Camargue avec une grande variété de roseaux (dont la sagne utilisée pour la confection des toits des cabanes de gardians), au milieu desquels fleurissent au printemps les iris jaunes et les renoncules d’eau.

Le paturage par les manades de taureaux et chevaux des pelouses favorise l’installation de tapis de saladelle alors que plusieurs espèces de salicornes (enganes) recouvrent le sol salé et monotone de la sansouire, paysage emblématique de la Camargue.

L’un des rares arbres capables de supporter la salinité est le tamaris, il se rencontre sur l’ensemble de la plaine sous formes de bosquets. Les rares boisements se limitent à la bande de forêt riveraine des bras du Rhône (ripisylve) et se composent essentiellement de peupliers blancs, frênes et ormes.